Libellés

Affiche (6) Alerte (3) Aménagement (25) Animaux (111) Annonce (35) Astuces (15) Bateaux (211) Blog (9) Bricolage (44) CPA (27) Démarches (14) Fêtes (4) Gourmandises (3) Histoire (145) Humour (5) invention (8) Journal (38) Météo (69) Navigation (42) Pêche (6) Personnage (1) Photos (148) Photos anciennes (130) Pourquoi (15) Recherches (3) Rencontre (20) Sortie (15) Sport (9) Traditions (39) Travaux (25) Vidéo (24) Vie à bord (167) Visite (18)

vendredi 13 septembre 2013

Les premiers contacts


Les premiers contacts...

Ils ont eu lieu par email, grâce au formulaire qu'il y avait sur l'annonce mise en ligne.
Les envois de mail ont donc augmenté jusqu'à ce que je n'ai plus de questions à poser à propos du "Dream On" mais il a fallut plus d'une réponse de Paul & Chris !
C'est fou toutes les questions qui peuvent vous passer par la tête ! 
A côté de cela, je me demande également comment faire immatriculer un bateau britannique en France et je me rapproche de la DRIEA, quai d'Austerlitz à Paris, pour avoir les premières réponses. En fait, c'est assez simple du fait que le "Dream On" mesure moins de 20m. Ainsi, une carte de circulation suffira et la constitution du dossier est assez simple. Cependant, pour que tout se passe bien, il me faut impérativement: l'homologation CE du bateau et un document émanant des autorités britanniques pour certifier de la radiation du pavillon britannique après la vente...
Bien évidement, il y a aussi la partie "financement" qui prend de l'ampleur... à défaut de savoir si je vais acheter ce bateau, il me faut déjà savoir si je peux le faire.

Déjà des démarches...

Entre temps, mes démarches pour trouver un emplacement pour stationner mon futur bateau ont connu un nouvel élan. Déjà inscrit sur les listes d'attente pour l'Île de France et une région un peu plus au sud (Loiret), j'ai repris mon système de mailing vers tous les ports, marinas et bases nautiques que j'ai pu identifier sur Internet et dans les revues spécialisées... 
Inutile de vous préciser que la plupart des réponses étaient négatives :(


mercredi 11 septembre 2013

Le "Dream On", un narrowboat à vendre





C'est à la fin de l'été 2013 que j'ai vu ce nom pour la première fois...

Il figurait sur le blog d'un heureux propriétaire de Narrowboat, le Gecko, qui relayait l'annonce de mise en vente du "Dream On", alors stationné dans le nord de la France, prés d'Arras.

Le blog du Gecko




Les propriétaires, Paul & Chris sont Gallois et ils étaient les premiers acquéreurs de ce bateau qui est sorti du chantier de Liverpool le 6 août 2002. Ce bateau a donc 11 ans et il a passé la moitié de sa vie sur les canaux anglais et gallois avant de franchir la Manche (sur un camion) et d'aller naviguer sur les canaux français, essentiellement dans le nord et chez nos plus proches voisins.

Une petite annonce...

A force de lire les quelques lignes figurant sur l'annonce mise en ligne par Paul & Chris, les propriétaires, je crois que je la connais par coeur :)




Il s'agit d'un "semi trad narrowboat", c'est à dire qu'il possède ce que j'appelle une "baignoire" à l'arrière, là où se trouve le poste de pilotage.

Il mesure 58 ft de long, ce qui fait environ 17,68m et 6,10ft de large, ce qui équivaut à 2,08m. Oui, ce n'est pas large, c'est même plutôt étroit d'où le nom de ce type de bateau: narrowboat :)
Il est bien sûr tout en acier et d'un vert très british ! A la vue des photos de l'intérieur, j'ai trouvé qu'il avait l'air bien conçu. La répartition des différentes zones de vie (chambre, cuisine, SdB et living) était bien étudiée et la cuisine, tout équipée, présentait une originalité (conçu en U) qui fait de ce narrowboat le seul où deux personnes peuvent se croiser à bord ! La plupart des autres bateaux de ce genre ayant un plan de travail de part et d'autre du couloir...


Le reste des aménagements (placards, penderies, etc.) semblait être nombreux et pratique, ce qui est loin d'être un détail sur un bateau de cette taille où la place est comptée.

Côté motorisation, il dispose d'un moteur Beta Marine de 43cv. Une puissance modeste au vu des monstres que l'on peut croiser en fluvial mais suffisante pour les canaux sur lesquels j'aimerai naviguer. Pour les grands fleuves, cela pourrait être un peu léger mais il y a de toute façon un compromis à faire entre puissance et consommation !

Pour le reste, il était à mon sens bien équipé et il disposait de toutes les options que je souhaitais si l'on excepte les panneaux solaires qu'il sera toujours possible d'ajouter plus tard.

Tout ce que je lisais me donnait donc envie d'aller voir la bêêête et avant cela de prendre contact avec les propriétaires pour avoir davantage d'informations.