Libellés

Affiche (6) Alerte (3) Aménagement (25) Animaux (111) Annonce (35) Astuces (15) Bateaux (211) Blog (9) Bricolage (44) CPA (27) Démarches (14) Fêtes (4) Gourmandises (3) Histoire (145) Humour (5) invention (8) Journal (38) Météo (69) Navigation (42) Pêche (6) Personnage (1) Photos (148) Photos anciennes (130) Pourquoi (15) Recherches (3) Rencontre (20) Sortie (15) Sport (9) Traditions (39) Travaux (25) Vidéo (24) Vie à bord (167) Visite (18)

samedi 31 mai 2014

Reflet


Reflet des nuages et des arbres dans l'eau du port...

Olympe, un nouveau bateau dans le port

Un nouveau, ou presque


Presque oui, puisqu'en fait, ce bateau était déjà stationné dans le port St Jacques, il y a deux ou trois ans. Ce n'est finalement qu'un retour !

Son capitaine, Stéphane, avait emmené le bateau dans le sud de la Seine & Marne, du côté de Thomery je crois, pour effectuer des travaux de rénovation. Les mois ont passé et ce n'est que maintenant que le bateau, rénové, revient à son port d'attache.





Stéphane a pris une place au fond du port, tout en slalomant entre les corps morts qui sont ancrés dans le bassin. Pas facile avec un bateau de cette taille mais les propulseurs dont il est équipé ont permis à son capitaine d'effectuer une entrée et des manoeuvres impeccables. 
Nous sommes d'ailleurs sortis à l'arrivée du bateau et nous l'avons aidé, avec Nicolas le gardien du port, à se positionner à sa place et à s'amarrer.

Voilà, ça nous fait un habitant de plus dans le port ! Enfin deux si l'on compte sa chienne, Fitness ! et le nombre de Stéphane dans le port vient de doubler ! :)




jeudi 29 mai 2014

Des volets pour les hublots du Narrowboat

Nos hublots


A bord du narrowboat Dream On, nous avons de grandes fenêtres rectangulaires à l'avant et des hublots à l'arrière, quatre pour être précis.
Les beaux jours arrivant, la luminosité est plus importante le matin, de plus en plus tôt et nous nous sommes vite aperçus que les rideaux qui couvrent les hublots de la chambre ne sont pas suffisamment épais pour arrêter les rayons du soleil. Du coup, nous sommes réveillés de bonne heure le matin.




Une solution ?


Ça fait un moment que je cherchais à remédier à ce petit désagrément. J'ai lu pas mal de forum anglais sur la question, découvert quelques astuces mais rien de très probant. Ma préférence allait vers de petits volets intérieurs en bois qui sont communs sur de plus grands bateaux comme les Widebeams. Mais les encadrements en bois de nos hublots ne permettaient pas ce genre d'installation sans les abimer irrémédiablement.

Après avoir imaginé doubler les rideaux existants, j'en étais venu à essayer de trouver des plaques de mousse pour découper des ronds et les recouvrir de tissu. Mon matelot a trouvé l'idée d'utiliser des assises de chaise, un genre de coussin tout plat : elles sont déjà rondes et recouvertes, il n'a plus qu'à trouver la bonne taille.

Les hublots ayant un diamètres de 38cm, j'ai commencé par acheter des assises de cette dimension. Hélas, trop minces, elles ne tenaient pas en place.



Eureka !


Un nouvel essai avec des modèles d'assises de 40cm de diamètre trouvés chez Castorama était plus prometteur ! 
Faites pour des chaises de jardin et pour résister aux intempéries, ces assises sont plus épaisses, déhoussables et recouvertes d'un tissu imperméable. 
Ce sera très bien cet hiver lorsqu'il y a de la condensation sur les vitres.





40cm, je pensais que ce serait trop large mais non. En fait, la housse se tasse un peu lorsque l'on met en place l'assise dans l'encadrement du hublot. Bien sûr, elles sont très épaisses et dépassent un peu du cadre d'autant qu'on ne les colle pas à la vitre pour laisser un petit vide d'air. Mais je ne trouve pas cela gênant sur le plan esthétique.

Finalement, le bricolage du jour a consisté à simplement découper les lanières qui devraient maintenir ces coussins sur les chaises :)






L'autre avantage de ce système est que dans la journée, ces assises peuvent se transformer en coussin et ils ne dénotent pas trop lorsqu'ils sont posés sur le couvre-lit dans la chambre.

Et oui, il faut toujours gérer l'espace à bord :)



samedi 24 mai 2014

Ratatouille, le ragondin du port

Toujours là !



Malgré le mauvais temps, il est toujours là notre ragondin, Ratatouille !
Nous l'avons vu traverser plusieurs fois le port, de long en large ce soir avant qu'il ne sorte pour regagner la Seine.














dimanche 18 mai 2014

Le 1er bain de l'année (bis!)

Le premier bain ?


Techniquement, il s'agit effectivement du second bain de l'année puisque le premier avait été bien involontaire et m'avait amené à effectuer un petit plongeon dans le port alors que je me penchais pour nettoyer le flanc du bateau.

C'est donc le second bain si l'on veut mais en tout cas, c'est mon premier bain volontaire de l'année !

J'ai passé une bonne partie de l'après-midi dans le petit canot à poncer le flanc tribord du bateau, aussi, couvert de poussières et de transpiration, j'ai eu envie d'aller me baigner dans la Seine ! 
A force de la voir couler devant nous, ça donne envie !
Il y avait d'ailleurs beaucoup de bateaux, aujourd'hui essentiellement des plaisanciers et des voiliers du club nautique de Pringy ou de St Fargeaux.

Le problème avec nos berges bétonnées, ce n'est pas pour aller se baigner... c'est pour en revenir ! Heureusement Stéphane, notre voisin, a une solution: il attache sur le bord un vieil escabeau qu'il plonge dans l'eau et qui devient ainsi une très utile échelle de baignade !

Il n'y avait plus qu'à s'exécuter !


Malgré le soleil, déclinant en cette fin d'après-midi, et la chaleur environnante, l'entrée dans l'eau a été plutôt fraiche ! Mais m'étant baigné à de nombreuses reprises et par tous les temps dans la Manche, ce n'est pas la Seine qui allait m'intimider !




Comme souvent, une fois dedans, on y est bien ! 

Fraiche bien sûr, rafraichissante et c'est plutôt sympathique de pouvoir se baigner à trois mètres de la maison :)
Quelques aller-retours et deux ou trois plongées pour tenter de voir quelque chose m'ont détendu et c'est tout frais que je suis ressorti... pour aller prendre une douche, histoire de me rincer ! 
Ben oui, c'est la Seine tout de même ! :D



samedi 17 mai 2014

Poncage et antirouille

Papier de verre



Ce n'est pas le tout de vouloir attaquer le ponçage en règle des parties abimées de la coque, il m'a fallu avant cela courir au magasin de bricolage du coin car du papier de verre pour poncer de l'acier, ben je n'en avais pas en stock ! Mon choix s'est porté sur du 80 pour enlever la rouille, du 180 pour peaufiner et du 500 pour lisser le tout.

Avant d'entamer la réfection des éraflures sur la peinture laquée verte du Dream On, j'ai voulu commencer doucement avec la remise en état des griffures sur la peinture noire proche de la ligne de flottaison. C'est en effet moins difficile puisque cela se limitera au ponçage et à l'application d'un produit antirouille qui est déjà noir et nécessitera deux couches.

C'est long !


Reprenant mon petit bateau en fibre, je suis retourné du côté tribord du narrowboat pour commencer à poncer la partie latérale arrière. 
Une première réflexion: le ponçage à la main s'avère long ! Mais j'hésite à le faire avec une ponceuse électrique... tout d'abord parce que je suis au dessus de l'eau sur un petit bateau instable mais également parce qu'à la main, je maitrise mieux mes gestes et je suis à peu près à l'abri de trop décaper un endroit ou d'entamer l'acier.

Et puis, j'ai le temps: il fait beau et c'est agréable d'être sur l'eau :)

Petit à petit, je progresse. La rouille a disparu, l'acier brille et les restes de l'ancienne peinture autour des éraflures sont rendues lisses pour qu'il n'y ait pas de marque de relief après la mise en peinture.




Pas facile d'ailleurs d'ouvrir et de remuer un pot de peinture en étant sur ce petit canot !  Mais j'ai réussi sans en mettre partout et j'ai pu commencer à passer l'antirouille noire sur les éraflures maintenant poncées. 

A première vue, ça rend bien ! Mais je n'ai fait qu'un tiers du côté tribord et il y a une deuxième couche à passer !



Avant...
...Après le ponçage !



vendredi 16 mai 2014

Coups de brosse

Nettoyage nécessaire


Lorsque nous avons amené notre narrowboat, le Dream On, d'Arras à Boissettes en décembre dernier, la coque de ce dernier a subi quelques éraflures dans les écluses ou le long de quais inappropriés au stationnement d'un bateau de plaisance.
L'hiver s'est terminé et il est temps de s'occuper des ces griffures qui se sont transformées après quelques mois d'intempéries en belles cicatrices pleine de rouille :(





Avant de se focaliser sur elles, il faut déjà ôter de la coque toutes les salissures hivernales et printanières: boues, algues, pollen, etc.


Un petit bateau


La journée s'annonçant magnifique malgré le vent qui persiste, j'ai emprunté l'annexe du port (c.a.d. un petit canot) pour faire le tour de ma coque. Ben oui, ça à l'air bête mais je ne peux pas m'en occuper du quai qui est trop haut et qui de toute façon, ne me permettrait l'accès qu'à un seul côté du bateau.

C'est donc avec un petit bateau, une brosse, une éponge et un seau que j'ai attaqué le nettoyage du coté tribord du Dream On ! et je peux vous assurer que même s'il n'est stationné que depuis 5 mois dans le port, il a accumulé une sacrée couche d'algues et de boue, c'est impressionnant !  Il m'a fallu la journée avant que le côté tribord ne soit enfin propre. 







Brossage en règle


Le brossage pour être efficace doit être énergique et c'est assez physique car il faut également maintenir l'annexe qui est secouée par les vagues entrant dans le port. 
Cela dit, avec le soleil et la température estivale du jour, c'était agréable de patauger dans l'eau :)

Demain, si tout va bien, j'attaquerai le ponçage des parties abimées avant de pouvoir mettre une couche d'antirouille.


jeudi 15 mai 2014

Le narrowboat Sunset Song

Un narrowboat sur la Seine


Ce midi, alors que j'étais occupé du côté du barbecue, j'ai vu arriver sur la Seine un narrowboat arborant un pavillon gallois, qui allait en direction de Paris !





Prévenant mon petit matelot d'un cri, je me suis précipité au bord de l'eau pour faire des signes à ce singulier plaisancier.

Apercevant notre narrowboat stationné et moi gesticulant, le pilote gallois s'est approché de notre rive et m'a demandé s'il pouvait accoster. Comme le courant de la Seine l'emmenait rapidement, il nous a fait un beau demi-tour et il est venu se mettre parallèlement à notre berge tandis que j'attrapais un de ses amarres, aidé par notre voisin Stéphane et par mon matelot qui nous avaient rejoint.


Keith & Pat


Le temps de couper le moteur et d'ôter leur gilet de sauvetage, nous faisions la connaissance de Keith et de Pat. Il s'agit d'un couple de gallois qui sillonne les canaux français depuis un an et qui remonte vers le Nord de la France pour repasser en Grande Bretagne. Sympathique et jovial, Keith a accepté un petit café italien tandis que Pat optait pour un thé, bientôt installés à notre salon de jardin après avoir visités notre bateau.
Et que font les équipages de narrowboat lorsqu'ils croisent un autre équipage de narrowboat ? Ils se racontent des histoires de narrowboat ! :)


Le Sunset Song


Le Sunset Song est un narrowboat de 58 pieds (17,68m), comme le Dream On, et qui est d'ailleurs sorti du même chantier: celui de Liverpool. Il est cependant un peu plus jeune puisqu'il n'a que dix ans et nos gallois l'ont acheté il y quatre ans. C'est un NB de type traditional, sans toile couvrant sa timonerie. Ses flancs sont bleu marine, relevé avec un liseré clair. Son toit est peint en blanc, ce qui est très efficace pour diminuer la force du soleil sur l'acier. Il est équipé d'un moteur Isuzu de 41cv, d'un groupe électrogène, de panneaux solaires qui lui confèrent une autonomie certaine.
S'il sort du même chantier que le nôtre, son aménagement intérieur est extrêmement différent: peu de meubles intégrés, une cuisine résolument moderne et située de part et d'autre du bateau, etc. Le Sunset Song n'est d'ailleurs équipé que de petits hublots ce qui en ferait un bateau plutôt sombre si les parois intérieures n'avaient pas été peintes en blanc. Il bénéficie par contre d'un véritable plancher en bois qui lui confère un charme fou. Il est également équipé d'une fenêtre latérale avec deux panneaux en verre en plus des volets d'acier, ce qui est appréciable l'hiver (isolation) ou lorsqu'il pleut.









Côté décoration, beaucoup de cadres et d'aquarelles de paysages gallois, of course ! et des pots de fleurs sur le toit dont certains placés dans des vieilles chaussures peintes en rouge :)  





Le temps passant, et comme nos gallois nous avaient fait part de leurs difficultés pour trouver du gasoil sur leur itinéraire, nous leur avons proposé de les emmener à la grande surface locale pour qu'ils puissent y faire quelques courses.


Mécanique, trucs et astuces


Nos matelots respectifs s'occupant d'aller faire des emplettes, Keith et moi avons enfilé nos cottes pour plonger dans nos compartiments moteurs respectifs. En quelques minutes, Keith a d'ailleurs réglé le problème de ralenti trop élevé: il a démonté le câble et son système de fixation, tandis que je rapprochais le support à coup de marteau. Une fois tout le système remonté, j'avais la satisfaction d'entendre mon moteur ronronner à un ralenti décent ! Cela facilitera mes manoeuvres lors de nos prochaines navigations :)




Keith a passé le reste de l'après-midi à me montrer les différents systèmes qu'il a fabriqué ou fait monter à son bord: des barres anti-effraction à l'avant, un cadenas sur sa trappe gasoil, un support pour son ancre à l'arrière, son mat de pavillon qui bloque sa barre pour éviter qu'elle se ne balade à l'arrêt, son garde-main sur le toit, ses deux coffres sur le toit à l'avant réalisés avec des planches de terrasse, etc.





De son côté, notre chat, habituellement sauvage, s'est lui aussi laissé tenter par une petite visite du Sunset Song !




Les bons plans


Comme la journée était bien avancée, Keith & Pat sont restés à quai et ne repartiront que demain matin.

Nous avons passé la soirée ensemble, en compagnie d'une bouteille de champagne offerte par nos invités, à papoter et échanger des informations et des idées sur nos bateaux et sur la navigation. Nous avons également échangé quelques livres de navigation: j'ai offert à Keith ceux de la Picardie et du Nord de la France tandis qu'il me donnait ceux du canal du Midi et du Nivernais, un échange de bons procédés :) Notre gallois nous a également conté ses aventures de marin sur un voilier autour de l'Irlande et surtout la traversée de la Manche avec son narrowboat pour rejoindre la côte française, mes respects Keith !!! :)

Les bonnes choses ayant une fin, nos gallois ont regagné leur bord pour s'y reposer et ils ont quitté le quai extérieur du port St Jacques le lendemain matin, un peu après 9h30, non sans avoir partagé un dernier thé/café,  quelques avis sur la navigation sur la Seine et des conseils sur les haltes fluviales aux abords de Paris.