Libellés

Affiche (6) Alerte (3) Aménagement (25) Animaux (108) Annonce (35) Astuces (15) Bateaux (208) Blog (9) Bricolage (44) CPA (27) Démarches (14) Fêtes (4) Gourmandises (3) Histoire (143) Humour (4) invention (8) Journal (38) Météo (67) Navigation (42) Pêche (6) Personnage (1) Photos (144) Photos anciennes (127) Pourquoi (15) Recherches (3) Rencontre (20) Sortie (15) Sport (9) Traditions (38) Travaux (25) Vidéo (23) Vie à bord (162) Visite (18)

jeudi 26 juin 2014

Une souris à bord !

Le chat chasse !


Il n'a pas été long avant de refaire une victime ! 
Il ? Le chat du bord ! :)

Il est revenu de la chasse aujourd'hui avec une petite musaraigne !
Tout fier, il est venu nous présenter son trophée et l'a laissé sur la moquette du bateau !

Bon, pas la peine de courir après cette souris, elle ne visitera pas les placards : elle était déjà passée dans un autre monde !

Un oiseau l'autre jour, une souris aujourd'hui... Mais que va-t-il nous amener la prochaine fois ! :D


mercredi 25 juin 2014

Le narrowboat Cordelia

Un narrowboat nommé Cordelia


J'avais écris quelques mots au début de ce blog sur ce narrowboat qui est stationné à Draveil (91) depuis quelques années maintenant.


Le port aux Cerises


En passant ce midi à Draveil, je me suis arrêté quelques instants au Port aux Cerises, histoire de voir ce qu'il y avait comme bateaux dans ce port et j'ai retrouvé ce narrowboat aperçu quelques années plus tôt.

Comme la fenêtre latérale était ouverte, je suis monté sur le ponton pour aller voir si le propriétaire était à bord. Et bingo, j'ai pu faire la connaissance de Brian, le capitaine :)

Brian est anglais, il a une soixantaine d'années et il travaille à Orly (94). Il habite ce narrowboat depuis 4 ans, après avoir été le chercher à Lille et avoir, comme nous, navigué jusqu'ici avec lui. Brian, qui sera à la retraite l'année prochaine, prépare son bateau pour quitter le Port aux Cerises et naviguer librement vers Dijon et la Bourgogne.
La discussion en "franglais" s'est orientée vers le système du keelcooling qui ne donne pas satisfaction à Brian et qui semble bien être le point faible de nos petits bateaux. Brian tente de trouver une autre solution en détournant l'eau chaude partant du moteur et en la faisant passer par  son cumulus d'eau et ses radiateurs. Jusque là, cela ne semble pas être probant. Il tente également d'installer un radiateur de VW et un ventilateur, toujours dans l'optique de refroidir l'eau de son moteur.
Il est passionné, Brian, et c'est un plaisir de l'écouter développer ses idées :)



Le Cordelia 



Pour en revenir au Cordelia, il s'agit d'un modèle "traditional" qui date d'une vingtaine d'années. Il mesure 15m et il est propulsé par un moteur BMC.

Après avoir discuté mécanique, nous avons abordé un peu l'histoire de la Normandie et son influence sur l'Angleterre :)  Nous avons ainsi cité Guillaume le Conquérant, les Plantagenets et la guerre de cent ans. Brian m'a d'ailleurs appris que la monarchie britannique a parlé français pendant près de 400 ans ! Cela me semble d'ailleurs énorme :)

Enfin, après avoir échangé nos coordonnées, il a bien fallu que je reprenne la route.






vendredi 20 juin 2014

Un chat chasseur



Un chat d'appartement !



Il est vrai qu'en dehors de rares sorties lors des vacances estivales, le chat du bord était jusque là un chat d'appartement. 

Oh! il nous avait bien amené quelques souris et musaraignes lors de vacances à la campagne mais ça datait un peu.

Depuis que nous sommes à bord et amarrés à Boissettes, on ne peut pas dire que le chat ait brillé par ses chasses miraculeuses. Bien sûr, il sort la nuit mais pour l'instant, il rentrait plutôt bredouille.


La moquette !


Mais cet après-midi, mon matelot a eu la surprise de découvrir un moineau, occis, sur la moquette du bateau, bien en évidence pour qu'on le voit, des plumes éparpillées un peu partout.

Bon, c'est la nature me direz-vous et il est vrai que notre chat a l'air plutôt satisfait de lui.

J'espère simplement que la prochaine fois, il amènera sa petite victime ailleurs car il y a eu de vilaines traces de sang sur le sol et j'ai eu toutes les peines du monde à les faire disparaitre complètement ! :(



Recette de grand mère !


Pour faire disparaitre des traces de sang sur de la moquette ? Du vinaigre blanc, tout simplement, avec une petite brosse ! Bien imbiber, frotter pas trop vigoureusement pour ne pas abimer la moquette et tamponner avec un chiffon ou du papier absorbant.
Si vraiment les taches résistent: faire une pâte avec le vinaigre et de l'amidon ou de la maizena, bien appliquer dans les fibres, laisser sécher et brosser !




mardi 17 juin 2014

Le Mousse, un Kormoran



Des lorrains venant du Cotentin !


Aujourd'hui, le Hightime était à peine parti ce matin qu'un autre bateau de plaisance est venu s'amarrer cet aprés-midi sur la berge extérieure du port.

Il s'agit cette fois d'un bateau sous pavillon français, Le Mousse, un Kormoran qui remonte la Seine et qui nous vient de Chauny (02).

Il est piloté par un gentil couple, Christiane et Patrick, originaires de Metz (57) et qui habitent maintenant en Normandie, à Querqueville ! C'est mon coin :)
Récemment retraités, Christiane et Patrick ont quitté Chauny,  port d'attache de leur bateau et ils partiront vers Auxerre (89) après quelques jours passés ici.



Le Mousse



Le Mousse est un Kormoran de 11m et de 13 tonnes, équipé d'un moteur de 60cv et de 5 cylindres. C'est un ancien bateau de location qui a été acheté en Allemagne, il a été rénové par Patrick et Christiane, en Hollande notamment. C'est un beau bateau, bien aménagé et d'une bonne largeur, ce qui en fait un bateau très habitable. La timonerie, ou le carré, est entièrement vitré, il est donc très lumineux. Agréable lorsqu'il fait beau, sans doute un peu moins l'hiver avec son simple vitrage mais il est essentiellement conçu pour les vacances.







lundi 16 juin 2014

Le Hightime

Des voisins d'un soir


En arrivant au bateau ce soir après le travail, j'ai été hélé par l'équipage d'une vedette, le Hightime, qui s'approchait de notre berge. Battant pavillon britannique, ce bateau avait visiblement l'intention d'accoster et je me suis approché pour saisir les amarres que l'on me lançait.



John & Anette


L'équipage est un couple d'anglais, John & Anette, qui nous viennent de Lilliput dans le district de Poole, Dorset. C'est une région du sud de l'Angleterre.  

John est un marin confirmé qui a déjà eu plusieurs bateaux de haute mer et qui connait bien le littoral français. Il fait partie du Yach Club de Poole, le Hamworthy and Bournemouth Yacht Club
depuis environ 45 ans et l'Union Jack de son bateau arbore l'insigne de son club:




Suite à des problèmes de santé, John s'en tient maintenant au fluvial à bord de ce nouveau bateau, une vedette d'une douzaine de mètres dont la devise est  Hightime. Joli bateau, très moderne dont l'intérieur est entièrement revêtu de blanc.




Le couple est en route pour le sud de la France et il devrait atteindre le canal du midi puis remonter vers le sud-ouest de la France l'année prochaine.

John & Anette n'en sont pas à leur premier voyage sur les fleuves français et autour d'une bière à leur bord, nous avons pu parler des beaux coins à visiter tout au long de leur chemin et de l'itinéraire que nous devrions emprunter nous-même en juillet :)

John m'a même montré que sur son livre de tourisme fluvial anglais, notre port St Jacques était référencé comme halte fluviale ! Il faudra que j'en parle à notre gardien et au propriétaire du port qui n'ont pas l'air d'être au courant ! :D



Visite de notre bord


Après avoir parlé bouquins, bateaux et beaux coins, nos voisins anglais ont voulu visiter notre Dream On car bien qu'ils aient vu beaucoup de narrowboats de l'autre côté de la Manche, ils ne sont jamais montés à bord de l'un d'entre eux. Un comble pour un marin anglais ! :D 
Cette lacune est maintenant comblée et ils ont regagné leur bord après un échange d'adresses email et de coordonnées. Comme je partirai de bonne heure demain matin, mon matelot les saluera pour nous deux avant leur départ vers le sud.







dimanche 15 juin 2014

Des desserts !


Pendant que je bricolais dans le compartiment moteur, mon matelot était derrière les fourneaux et le week-end a été plutôt riche en desserts: une omelette norvégienne et des crèmes catalanes !



Inutile de vous dire qu'il n'en reste rien ! :)









Narrowboat: Keel cooling, courroie, ralenti et une vis

Il y a des jours comme ça...


Grosse journée de bricolage aujourd'hui: j'ai l'impression de l'avoir passé toute entière dans le compartiment moteur !

Au programme:


 Il y avait quelques problèmes à régler: 

-   la révision du keel cooling;
- le réglage de la courroie d'un des deux alternateurs qui était desserrée et qui tapait contre un autre élément du moteur;
- le réglage du ralenti ;
- et enfin, la remise en place d'une vis que j'avais trouvé lors d'un nettoyage du fond du moteur.

Le keel cooling 


C'est quoi ? eh! bien c'est le système de refroidissement du moteur. Sur la plupart des bateaux, le moteur est refroidi par de l'eau qui est pompée dans le fleuve puis rejetée.
A bord de notre narrowboat, c'est un autre système: un circuit d'eau, fermé, qui dispose d'un grand réservoir placé contre une des parois extérieures de la coque.  L'eau refroidit le moteur puis se refroidit à son tour dans ce réservoir avant de revenir de nouveau dans le moteur. L'avantage de ce système, c'est qu'il n'y a pas de problème de filtrage de l'eau servant au refroidissement, aucune herbe, boue ou détritus ne peut entraver l'eau. Un système parfait pour les petits canaux mais qui a ses limites sur les grands fleuves où l'effort demandé au moteur, face au courant, peut être important et là, l'eau ne refroidit pas assez vite lorsqu'elle passe dans le réservoir...
Nous avions d'ailleurs rencontrés quelques problèmes de température moteur lorsque nous avons navigué sur la Seine en décembre.
En l'inspectant méticuleusement, grâce aux conseils et à la documentation que m'avait envoyé Emile, du Lautherma, j'ai pu essayer de voir ce qui clochait. Tout d'abord, il y avait une vis de purge que je n'avais pas vu. Cela fonctionne un peu comme un chauffage central: on met de l'eau et il faut vider l'air. Au vu de la quantité d'air qui s'est échappée, je pense qu'une grosse partie de notre problème de refroidissement venait de là. Enfin, j'espère :)
J'ai également procédé à un sérieux recomplétement du liquide de refroidissement et après avoir fait tourner un peu le moteur, j'ai pu de nouveau évacuer l'air qui restait. 

Le réglage de la courroie


Là, rien de bien difficile techniquement mais une vraie galère ! Déjà, il faut arriver à se glisser jusque là, il y a peu de place mais en plus, il n'y a pas de tendeur : il faut tendre manuellement la courroie en poussant l'alternateur et de l'autre main, resserrer l'écrou ! Après de multiples essais, j'en arrivai à la conclusion que je n'y arriverai pas seul dans ces conditions. Heureusement, mon matelot est venu me prêter main forte et nous avons pu retendre cette satanée courroie. Un démarrage du moteur me montrait qu'elle ne faisait plus de bruit et qu'elle ne tapait plus contre une pièce métallique. 





Le réglage du ralenti


Ça fait au moins la troisième fois que je m'y remets ! et je me demande si j'arriverai à faire tomber le régime de ce ralenti en dessous des 900 tours/minutes ! Mon dernier essai, avec Keith, l'avait abaissé à 1000 tours/mn et là, au bout de plusieurs heures de montage et de démontage, le ralenti est descendu à 950 voire 900 tours. C'est beaucoup mieux, encore un peu rapide sans aucun doute mais beaucoup mieux. J'arrive au bout de mes possibilités de réglage, même complètement démonté, le système ne descend pas plus bas... il me faudra un mécano pour la prochaine étape :(





La vis !





Oui, cette satanée vis que j'ai trouvé il y a plusieurs semaines en nettoyant le fond du compartiment moteur. J'ai eu beau chercher, pas moyen de savoir d'où elle pouvait provenir. J'en étais venu à penser qu'elle avait été remplacé par l'ancien propriétaire.
Par acquis de conscience, j'ai publié sur un forum britannique, consacré aux narrowboats, la photo de cette vis.
Surprise ! Plusieurs messages m'indiquait qu'il s'agit de la vis destinée à boucher l'embout de la pompe de vidange de l'huile moteur ! Effectivement, elle manquait et n'avait pas été remplacée ! Cela ne m'a pris que quelques secondes pour la remettre à sa place. Heureusement que je ne l'ai pas jetée !!! 



Quelle drôle d'idée d'ailleurs d'avoir repeint tout le moteur en vert ! La pompe serait plutôt plus jolie avec sa teinte laiton d'origine...

Avec tout ça, la journée est vite passée ! Je n'ai d'ailleurs pas eu le temps de tout faire: il me reste, entre autre, les lettres d'immatriculation à coller !

Enfin, pour me délasser un peu et profiter des rayons de soleil qui restaient, j'ai été piquer une petite tête dans la Seine !





Deuxième couvée

Le retour !


Le couple de canards, des cols verts, qui fréquente le port se faisait rare ces dernières semaines et nous avons appris la raison de cette absence aujourd'hui.

En effet, en fin de matinée, la cane s'est présentée devant la fenêtre ouverte du bateau pour venir nous montrer sa nouvelle portée: 6 beaux canetons qui ne sont pas très vieux !

Elle avait déjà eu une première portée, il y a un mois ou deux, mais les prédateurs du coin l'avaient décimée si bien qu'au bout de quelques jours, il ne restait plus qu'un caneton qui a fini par disparaitre également.

Les prédateurs


Selon les pêcheurs qui viennent au port, ce sont les silures qui sont responsables des nombreuses disparitions de canetons. Ces poissons-chats voraces et de dimensions impressionnantes gobent même des canards adultes ! Des voisins ont d'ailleurs sortis de la Seine un silure d'1m80 ! Sa gueule fait une vingtaine de centimètres de large...

Enfin, espérons que notre cane aura plus de chance avec cette seconde portée :)









samedi 14 juin 2014

Pavillons de courtoisie !

Ça y est !


Un appel sur mon portable de Nicolas, le gardien du port, m'indiquait dans l'après-midi que le facteur était passé et qu'il y avait une grosse enveloppe à mon nom ! Chouette !

Il s'agissait des drapeaux que j'avais commandé, il y a une dizaine de jours sur Internet. Un drapeau anglais et un normand qui sont destinés à devenir des pavillons de courtoisie, hissés sur le petit mat à l'avant du narrowboat:







mercredi 11 juin 2014

1er bain (Ter) !

Chacun son tour !


Après le 1er bain du chat cet hiver, puis le mien, c'était au tour de mon matelot de goûter à l'eau de la Seine et ce, de son plein grès !

En effet, il a fait bien chaud aujourd'hui, près de 30°C !
Et en fin d'après-midi, alors que j'allais prendre mon bain, devenu quasi-quotidien, mon matelot a décidé de m'accompagner ! :)

Habituée à la Méditerranée, l'entrée dans l'eau n'a pas été forcément facile mais une fois dedans, elle l'a trouvée bonne et nous avons passé un bon moment dans l'eau à barboter !

Comme je dis souvent: ce serait dommage d'avoir une piscine de cette taille et de ne pas en profiter ! :D

Bricolage



Quelques petits aménagements


Profitant du beau temps, j'ai effectué quelques bricoles sur le bateau. Notamment le nettoyage du coffre de toit qui devrait bientôt accueillir le numéro d'immatriculation du bateau, ainsi que l'étiquetage de l'interrupteur qui géré l'électricité à bord.

Pour ce qui est du coffre, rien de bien difficile: de l'eau, une brosse et de l'huile de coude pour ôter les taches et champignons qui salissaient le plastique.

Avant...

... Après !

Pendant ce temps-là, mon matelot nous a découpé des lettres et des chiffres dans de l'adhésif noir acheté en rouleau dans un magasin de bricolage local. Une fois le coffre sec, il n'y avait plus qu'à coller ce qui constitue l'immatriculation du narrowboat. 


Drôle d'idée ?


Drôle d'endroit pour y mettre ce numéro, me direz-vous ! 

En fait, je n'avais pas envie de coller cette immatriculation disgracieuse sur la carrosserie du bateau. Ainsi placée, je trouve que ça limite la casse.  D'autant que je n'aime pas non plus ce coffre de toit et que j'ai lancé des devis pour en faire faire un en acier, de forme plus traditionnelle pour mettre sur un narrowboat. Je peindrai alors le numéro d'immatriculation à la peinture jaune, coquille d'oeuf, ce qui sera plus dans le ton des décorations extérieures du bateau.

En attendant, ça donne ça:





Pour l'interrupteur général, le but était de remplacer les chiffres (1, 2 et 3) par des abréviations clairement lisibles !  
En effet, les chiffres, c'est bien mais souvent je ne sais plus à quoi ils correspondent ! surtout après une longue période sans avoir besoin de changer de position, ce qui est le cas lorsque l'on reste au port. Pour remédier à cela, il m'a suffit de démonter le sélecteur et le cadre en plastique. Quelques étiquettes ont fait l'affaire et maintenant, c'est un peu plus lisible: on sait donc instantanément que l'électricité provient soit des batteries, de l'EDF ou du moteur !








mardi 10 juin 2014

Grêle


Du bruit !


Cette nuit, un peu avant 1h00, notre chat est rentré précipitamment en faisant part de son mécontentement sous forme de miaulements alors que d'habitude, il passe la nuit dehors...
Nous avons tout d'abord été intrigués, maugréant tout de même d'être réveillés par cette "sale bête" avant de sursauter en entendant un fracas terrible ! On aurait cru que des pierres étaient jetées contre le bateau, résonnant sur l'acier !

Un coup d'oeil à travers les hublots nous permettait de découvrir des grêlons sur la pelouse devant le narrowboat.


De la lumière !


J'avais toujours vu des grêlons ronds, ceux-là étaient d'énormes morceaux de glace ! 
Accompagnés de puissants éclairs, ces grêlons percutaient le toit du bateau dans un bruit assourdissant. Tellement impressionnant que le chat s'est réfugié sous le canapé et qu'il miaulait comme un pauvre diable !




Ces chûtes ont duré de longues minutes, hachant littéralement le feuillage des arbres environnants ! Les blocs de glace ont bientôt été remplacés par des torrents de pluie, tandis que les éclairs continuaient et que les bourrasques de vent faisaient presque oublier le tonnerre... Infernal !

video

Retour au calme


Ce n'est que vers 2h du matin que la situation s'est calmée et que nous avons pu reprendre le cours normal de notre nuit... 
Enfin, brièvement car à 4h, le chat qui avait voulu tenter de profiter d'une accalmie pour aller se balader, a voulu rentrer précipitamment sous une nouvelle averse diluvienne et comme la bâche de la timonerie avait été bien fermée pour éviter les inondations, il paniquait sous la pluie  !
Le temps de le faire rentrer à bord et de le sécher, ma nuit s'était encore raccourcie !


Des dégâts...


Une fois le jour levé, la végétation autour du bateau semble avoir été passée au hachoir ! Il y a des branches brisées et des feuilles arrachées partout dans le port. Même la bâche du salon de jardin a été laminée !

Une mauvaise surprise nous attendait également sur le parking des véhicules puisque la voiture de mon matelot y était stationné cette nuit. J'ai compté pas moins de 16 impacts sur la carrosserie et pas des petits bosses mais vraiment de gros impacts !  même le montant de la portière est déformé par le choc !    :(










Les assurances vont être débordées dans les jours à venir ! :(

dimanche 1 juin 2014

Aération

Bricolage du dimanche !




Cet hiver, nous nous sommes aperçus qu'il y avait de l'humidité dans les coffres en bois qui se trouvent sous le lit. Ils sont fait de différents compartiments qui n'ont aucune aération et il y a de la condensation qui se forme. 


Pose d'une grille d'aération


J'ai donc acheté une grille en laiton et emprunté une bonne scie sauteuse à Nicolas, le gardien du port. L'objectif était de découper un carré dans le montant en bois pour pouvoir faire entrer un peu d'air dans les caissons sous le lit.

Pas de grosses difficultés sinon l'étroitesse de l'endroit qui ne facilite pas les travaux, d'autant que je suis droitier et que la configuration des lieux ne me permettait pas de travailler de ce côté-là.




C'est fou ce que deux trous et la découpe d'un petit carré d'aggloméré peuvent provoquer comme poussière ! Il y en avait partout :(

J'ai profité que la caisse à outils était sortie pour fixer également un crochet en laiton dans le haut de la porte de la chambre. C'est nécessaire car lorsqu'il y a du roulis, la porte ne reste pas ouverte et claque. 



Drapeaux, enfin pavillons de courtoisie !


Comme en rangeant mon bazar, j'ai retrouvé une boite avec le nécessaire de fixation du mât avant, j'ai décidé de remettre celui-ci. Il n'avait pas résisté à la tempête du mois de décembre et je ne l'avais pas encore remis en place. 

C'est maintenant fait. Bah! Je ne le trouve pas très joli car il est en tube d'aluminium gris et les fixations sont en plastique. Je trouve que cela ne va pas avec le style du bateau. Je préférerai un tube en laiton. En plus, il est trop haut et je pense que je le couperai un peu, ce qui limitera sa prise au vent et la fragilité du support.

Il ne reste plus qu'à y fixer les pavillons de courtoisie: un drapeau anglais, côté babord, pour souligner la présence à bord de mon matelot et un drapeau normand pour moi :)

J'en ai trouvé sur Internet, le drapeau anglais n'a pas été facile à trouver, il est moins courant que l'Union Jack britannique mais j'ai eu la chance de le trouver en étamine en plus, c'est plus joli que tous ces drapeaux en nylon ou en matière synthétique. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il s'agit de la croix de Saint Georges :)




Pour le drapeau normand, j'ai beaucoup hésité... 
Bien sûr, il y en a quantité à vendre sur les différents sites internet mais j'en voulais un plus ancien comme celui qui porte les trois léopards, drapeau qui serait à l'origine de celui que l'on connait et que les conquérants normands ont imposé en Grande Bretagne. Les anglais l'ont conservé sur leur blason, pas nous... Encore qu'il est encore hissé à deux endroits dans la Manche: sur le fronton de la mairie de Coutances et sur le château de Pirou ! 

Finalement, j'ai opté pour un autre que j'apprécie: le drapeau normand à croix de Saint Olaf: c'est sous ce drapeau, donné par le Pape Alexandre II, que Guillaume le Conquérant partit au combat !
Il est maintenant l'emblème des mouvements régionalistes normands et a été rendu célèbre par les éditions normandes Heimdal.




Bien évidement, ce n'est pas un drapeau très courant et du coup, je ne l'ai pas trouvé en étamine mais seulement en matière synthétique ! Dommage ! :(

Des fraises


Les recherches virtuelles c'est bien, mais le vrai monde, c'est mieux ! La preuve: une des voisines dans le port nous a offert des fraises en fin d'après-midi...




... et mon matelot n'a pas tardé à les transformer en une excellente tarte et le cliché que j'ai pris ne lui rend pas hommage :(
Mais elle était excellente, oui, était ! :D