Libellés

Affiche (6) Alerte (3) Aménagement (25) Animaux (108) Annonce (33) Astuces (15) Bateaux (204) Blog (9) Bricolage (43) CPA (27) Démarches (14) Fêtes (3) Gourmandises (3) Histoire (140) Humour (3) invention (8) Journal (37) Météo (64) Navigation (42) Pêche (6) Personnage (1) Photos (142) Photos anciennes (124) Pourquoi (15) Recherches (3) Rencontre (20) Sortie (15) Sport (9) Traditions (38) Travaux (25) Vidéo (22) Vie à bord (156) Visite (18)

samedi 1 novembre 2014

Eviter la condensation sous le matelas ?



On refait le lit ?


Nous avons un matelas neuf à bord du narrowboat Dream On. Acheté en avril, il a vraiment révolutionné notre couchage à bord, c'est vrai.


La condensation !


Mais les mauvais jours approchant, je m'inquiétais de la condensation qui pourrait apparaitre sous ce matelas, car comme l'ancien, il est posé directement sur les plaques de contreplaqué qui ferment les coffres sous le lit. 
L'hiver, il y a une différence de température entre l'intérieur des coffres et le matelas, surtout la nuit lorsque nous dormons dessus. Du coup, il se forme de la condensation sous le matelas et sur le bois. Cet endroit étant peu ventilé, cela risque de tourner en moisissures par exemple. 


La solution ?


Après bien des heures passées à lire les différents forum et à faire des recherches sur le Net, j'avais envisagé de mettre sous le matelas un genre de tapis anti-condensation, fait de fibres naturelles et de latex. Ce genre de tapis permet une circulation de l'air entre ses fibres. Le plus répandu est un produit de la marque AKWAMAT:




Beaucoup d'utilisateurs en semblent pleinement satisfaits mais il y a quelques limites à son efficacité car la plupart n'habitent pas à l'année sur leur bateau et ne l'utilisent qu'entre mars et octobre. Ce n'est pas cette période de l'année qui m'inquiète !
De plus, il aurait tendance à se tasser avec le temps, ce qui diminuerait son efficacité et la circulation de l'air.

Mais je ne voulais pas l'utiliser seul: je cherchais à mettre une autre couche entre ce tapis et les plaques de contreplaqué. Une couche supplémentaire pour faire comme un vide d'air entre les deux matériaux et je pensais utiliser des produits détournés de leur utilisation première:

- soit des supports alvéolés pour faire une allée en gravier. Ils existent en 3cm de haut et ils sont livrés en général avec une couche de tissu qui résiste à l'humidité:



- soit des matelas drainant utilisés pour le terrassement, par exemple le Geodrain, qui me permettrait de surélever le matelas en fibre et de faire circuler de l'air entre le contreplaqué et le matelas:



Mais si cette solution semblait être un bon compromis, elle représentait tout de même un certain investissement: le tapis AKWAMAT a un coût. 



Coup de Gueule !!!


J'ouvre d'ailleurs là une parenthèse pour pousser un coup de gueule contre les magasins d'accastillage qui prennent les propriétaires de bateaux pour des milliardaires !

A titre d'exemple, ce tapis AKWAMAT (140x210cm) est vendu dans les magasins dédiés aux bateaux au prix de :

- 75 euros chez Accastillage Diffusion
- 77 euros chez Uship;
- 84 euros chez Bigship;

Alors que dans d'autres magasins, comme ceux spécialisés pour les camping-cars, il est à :

- 58,80 euros chez Leader Loisir;
- 58,90 euros chez Camping-car-plus ;



Une autre solution ?


Enfin, pour en revenir à notre matelas, il y avait une autre solution, encore plus couteuse: trouver un sommier à lattes. 

Cela semblait l'idéal car il permet à l'air de circuler entre le matelas et les plaques de contreplaqué, sans compter qu'il doit y avoir un petit plus au niveau du confort.

La chance a été avec moi car en cherchant un sommier à lattes sur le site du boncoin.fr, j'en ai trouvé un à la bonne dimension (120x190) ce qui n'était pas évident !  à une trentaine de kilomètres du port et à un prix défiant toute concurrence: 25 euros ! :)

Cerise sur le gâteau, il est constitué de 2x30 lattes, ce qui est moins courant et ce qui m'arrange beaucoup car ayant un matelas à ressorts, il faut mieux que les lattes du sommier soient les plus rapprochées possibles pour ne pas risquer qu'un ressort passe entre deux lattes !

Le temps de prendre contact avec le vendeur, de m'arranger avec Nicolas, le gardien du port, pour emprunter sa camionnette et nous avons pu aller chercher notre futur sommier.

Il est très bien d'ailleurs: un cadre en métal, plutôt lourd, et des lattes en très bon état. Je suis très satisfait de cette acquisition !



Monter à bord !


Mais une fois au port, les choses se sont compliquées car vu les dimensions, pourtant modestes, du sommier, nous nous sommes vite aperçus que nous ne pourrions pas le monter à bord par l'entrée habituelle du narrowboat. En effet, il y a à l'arrière plusieurs marches d'escalier et un angle droit qui empêchent le passage de ce sommier long de presque deux mètres...

Nous avons donc essayé de passer par l'avant du bateau. Il m'a fallut démonter la bâche et même le panneau vitré à l'avant du narrowboat. Cela n'a d'ailleurs pas suffit car il manquait encore quelques centimètres dans la largeur de la porte avant ! Heureusement que les plots en plastiques maintenant les lattes sur le cadre en acier ont pu être à leur tour enlevés, ce qui m'a permis de gagner les deux centimètres nécessaires ! Ouf!

Une fois à bord, les choses ont été plus simples: nous avons pu enlever le matelas et mettre en place le sommier.
Il entre d'ailleurs parfaitement dans le cadre en bois du lit ! 

Le résultat est impeccable et les lattes, tout en maintenant le matelas loin des plaques en contreplaqué, permettent à l'air de circuler.



Des petit trous, toujours des petits trous !


Pour améliorer encore cette circulation, j'ai commencé à percer des ouvertures rondes dans les plaques de contreplaqué. Elles permettront à l'air d'aller vers les ouvertures latérales que j'avais déjà percé sur les côtés des coffres en avril. 

Hélas, entre l'autonomie de la perceuse qui fait défaut et la nuit qui tombait, je n'ai pas pu faire beaucoup de trous. 




J'ai donc remis en place les plaques sous le sommier pour ce soir et je m'attaquerai à cela plus tard car demain, la météo a prévu une journée pluvieuse.


Bon, après cette journée du 1er novembre où il a pratiquement fait 20°C dehors, nous n'allons pas nous plaindre :)

Avant de mettre en place le sommier, j'ai placé quelques morceaux de mousse en ruban autocollant pour éviter les frottements du cadre en acier sur les plaques de contreplaqué:




Tout rentre ! Impeccable ! :)





Et voilà le résultat ! Seule différence visible: le lit est surélevé de 3 à 4 centimètres supplémentaires :



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire