Libellés

Affiche (6) Alerte (3) Aménagement (25) Animaux (108) Annonce (35) Astuces (15) Bateaux (208) Blog (9) Bricolage (44) CPA (27) Démarches (14) Fêtes (4) Gourmandises (3) Histoire (143) Humour (4) invention (8) Journal (38) Météo (67) Navigation (42) Pêche (6) Personnage (1) Photos (144) Photos anciennes (127) Pourquoi (15) Recherches (3) Rencontre (20) Sortie (15) Sport (9) Traditions (38) Travaux (25) Vidéo (23) Vie à bord (162) Visite (18)

samedi 28 février 2015

Il suffira d'un cygne ! :)

Epave d'une barque à l'entrée du port

Ben, le cygne mâle arrive à proximité du port





Là, c'est Madame qui tape à la coque du narrowboat
pour attirer notre attention et avoir du pain


Ben quitte le port et s'en va sur la Seine

Eviter la buée sur les miroirs et les vitres du narrowboat (Suite)


Plus de buée sur les miroirs !



Le 11/12/2014, je publiais une petite astuce sur le blog pour éviter d'avoir de la condensation sur le miroir de la salle de bain lorsque l'on prend une douche, par exemple...

Pour rappel, il suffit de mettre du produit vaisselle sur le miroir et de l'essuyer avec du papier absorbant jusqu'à ce qu'il ne se voit plus. Même si à l'oeil nu, on ne le voit plus, il reste tout de même une minuscule pellicule qui empêche la condensation. C'est très efficace mais il faut tout de même le refaire environ une fois par mois, pour que cela conserve son efficacité.


Un autre essai !


Partant de ce constat, j'ai essayé de faire la même chose sur les vitres à l'avant du narrowboat, celles du peak avant, sous la toile du auvent. Il y a souvent de la condensation qui s'y forme et j'ai enduit un seul côté, le droit, pour voir s'il y aurait une différence.

Un matin, au lever, j'ai pu constaté qu'effectivement il y a une différence: la partie gauche est complètement embuée tandis que la partie droite est parfaitement sèche et que l'on peut voir le port à travers.
Expérience concluante, je vous livre ci-dessous le résultat en photo :)


jeudi 26 février 2015

Un narrowboat dans une publicité !



Une publicité !


Nous recevons de temps en temps par email des offres pour bénéficier de promotions sur les trajets de l'Eurostar à destination de la Grande Bretagne.

Il y a une publicité arrivée aujourd'hui qui a attiré mon attention plus que les autres... Non pas en raison de son tarif attractif mais simplement par ce que c'est un narrowboat qui illustre cette pub !
Et un vert en plus, comme le notre :)



jeudi 19 février 2015

Voisins du Narrowboat: cygnes et ragondin !



Les ragondins






Il y a quelques mois que nous ne les avions pas vu et là, en quelques jours, nous les avons de nouveau aperçu: Ratatouille le ragondin et sa dame !

La lecture de quelques articles spécialisés m'a montré qu'ils n'hibernaient pas mais sans doute ont-ils une activité plus ralentie par ce que nous ne les avions pas vu depuis octobre ou novembre, à quelques exceptions prés.

Et puis, en début de semaine, je les ai vu sur la cale de mise à l'eau du port un soir en rentrant du travail. Madame était dans l'eau tandis que Ratatouille boulottait quelques herbes sur la berge. Les phares de la voiture ne les ont pas beaucoup émus et c'est tout juste s'ils ont prêté attention à mon passage.

Un autre soir, vers 20h30, j'ai croisé Ratatouille en sortant du narrowboat: il courait sur le quai bétonné pour rejoindre le fond du port. Sur le moment, avec l'obscurité, j'ai cru qu'il s'agissait d'un gros chat tant il était vif et alerte. Puis, lorsque je l'ai vu plongé dans la Seine, je me suis précipité là où l'animal avait disparu et j'ai pu constater qu'il n'y avait pas de chat dans l'eau ! Il s'agissait en fait de Ratatouille qui s'éloignait tranquillement vers le milieu de la Seine.

Aujourd'hui dans l'après-midi, l'attention de mon matelot a été attirée par le couple de cygnes qui venait réclamer leur pitance et tandis qu'elle leur donnait un peu de pain, Ratatouille est arrivé pour avoir sa part. Il est assez rare qu'il s'approche du narrowboat lorsqu'il nous voit à la fenêtre mais il devait avoir faim et la présence des cygnes l'a peut-être mis en confiance.
Toujours est-il qu'il a passé un bon moment à slalomer entre les cygnes et les canards pour attraper quelques morceaux de pain. Il les tient avec ses pattes antérieures qui ressemblent presque à des petites mains de singe :) Il les grignote dans l'eau et l'on peut de temps en temps apercevoir ses dents qui sont d'un orange bien vif !











Cela dit, ses belles dents ne lui servent pas à grand chose contre les deux cygnes qui voyaient d'un mauvais oeil cet énergumène venu piller leur garde-manger ! Il a ainsi pris quelques coups de bec mais cela ne l'a pas découragé et il est resté un bon moment avant de reprendre sa route vers la berge d'en face.








dimanche 15 février 2015

Nageurs contre cygne !



Une petite baignade !


Les températures étant clémentes aujourd'hui, environ 10°C, aussi malgré un ciel gris, je suis allé faire mon petit tour de nage en eaux vives. 
Raphael, notre voisin de quai, s'était proposé de m'accompagner et de faire une descente de la Seine, depuis la piscine de Melun.

Nous nous sommes donc fait déposer prés de la piscine par un autre voisin et nous avons utilisé les pontons du club d'aviron local pour nous mettre à l'eau.


Frisquet !


Je ne sais pas à quelle température était l'eau de la Seine aujourd'hui mais j'ai bien senti une certaine fraicheur au moment d'entrer dans l'eau.
Enfin, non d'ailleurs. Ce n'est pas immédiatement que je l'ai sentie: quand j'entre dans le fleuve, il faut un peu de temps avant que l'eau pénètre dans la combinaison. Et il y a quelques instants difficiles avant que le corps ne réchauffe cette eau :)

Une fois dans l'eau, nous avons palmé vers le petit bras de Seine qui longe la maison d'arrêt de Melun. Ce petit passage est plus calme et plus agréable car les bords sont verdoyant et arborés. Mais comme il y a moins de courant, il faut palmer davantage pour avancer !
Il y avait du monde en balade sur les bords de Seine. Il est toujours drôle de voir la tête des promeneurs qui nous regardent du haut des quais: nous passons vraiment pour des cinglés :)

Raphael, qui a un bien meilleur niveau que moi, allait et venait tandis que je palmais tranquillement. Nous avons bientôt laissé le dernier pont de Melun pour rejoindre le bras principal de la Seine. Là, le courant est bien plus fort et j'ai pu augmenter ma vitesse sans trop d'efforts, d'autant que Raphael me prodiguait quelques conseils pour gagner en efficacité. J'ai en effet tendance à palmer trop profondément, mes battements ont une grande amplitude alors que Raphael, avec des petits battements en surface, avance plus vite que moi en se fatiguant moins. C'est un défaut à corriger et une nouvelle habitude à prendre.


L'attaque du cygne !


Arrivés en vue du port, j'ai aperçu mon matelot sur le bord du quai, appareil photo prêt à l'utilisation, ce qui nous vaudra les quelques photos qui illustrent mes propos. 
Il y avait également Ben, le cygne mâle qui nous regardait arriver.




Il est d'ailleurs venu à notre rencontre, intrigué par ces deux intrus qui flottaient sur son territoire !

Les plumes gonflées et le cou en arrière, il nous a chargé à plusieurs reprises avant que l'on ne s'amuse à notre tour à le poursuivre. 




Finalement, il s'est éloigné mais dès que nous sommes rentrés dans le port et que nous l'avons oublié, il est arrivé derrière nous à toute vitesse, battant des ailes comme s'il allait décoller. 




Il est presque impressionnant tant il fait de bruits ! :)

Dire qu'on le nourrit depuis des mois plusieurs fois par jour ! Quel vilaine bête !
Mais il est difficile de savoir s'il joue ou s'il est sérieux dans ses attaques :)




D'après les calculs de Raphaël, nous avons parcouru 3,7 km en 41mn. Et c'est sans compter le temps passé à embêter Ben dans le port, si bien que nous avons du passer un peu moins d'une heure dans l'eau.
Le temps de prendre une douche et mon matelot m'avait préparé de quoi me réconforter: un bon thé et une part de Sachertorte. Miam ! 





Le Solaris, un nouveau bateau dans le port !




Une nouvelle vedette dans le port


En début d'après-midi, un nouveau bateau est entré dans le port Saint Jacques: Le Solaris. Il s'agit d'une vedette de construction britannique sous pavillon français: un Broom Continental 37.  Il date des année 70/80.

Il mesure 11m50, pèse 9 tonnes et il est équipé de deux moteurs de 145cv. C'est une vedette mixte: elle peut naviguer aussi bien en mer qu'en fluvial.
Son capitaine se prénomme Georges et il a une soixantaine d'années.

En entendant le vrombissement des moteurs, j'ai quitté le narrowboat et je suis allé rejoindre Nicolas et Stéphane qui étaient déjà sur le quai pour donner un coup de main au nouvel arrivant.

Il a fallut quelques manoeuvres et un peu de temps pour que le Solaris trouve sa place et qu'il soit amarrer mais ce fut bientôt fait.

Nous voici donc avec un nouveau voisin :)




samedi 14 février 2015

Le Saint Pierre du Bois : Un narrowboat à vendre


Une remise à jour de l'annonce pour la vente de ce petit narrowboat de 12 mètres sur le boncoin.fr :

Il sort un peu de l'ordinaire car il n'a pas une ligne traditionnelle en raison de la marquise qui a été construite à l'arrière pour protéger le poste de pilotage, que j'appelle la baignoire :)

Je ne connaissais pas sa devise jusque-là mais grâce aux nouvelles photos publiées par le vendeur, c'est chose réparée :)

Il s'agit donc du Saint Pierre du Bois :







Souhaitons bonne chance au vendeur :)

dimanche 8 février 2015

Un train de bois traversera Paris, sur la Seine comme autrefois !


Article paru dans le Journal du Centre le 07/02/2015 :








Le train de bois traversera Paris en juillet




Après le périple sur le canal du Nivernais en 2013, et Baye, l’an dernier, le train de bois, cet été, s’en va jusqu’à Paris. Avec lui, c’est tout le territoire des vaux d’Yonne qui va être mis en avant. - photo archives jean-Mathias Joly

Un large auditoire s’est retrouvé, dernièrement, salle polyvalente, pour la présentation de l’opération Un train de bois pour Paris, emmenée par l’équipage de Flotescale.
Chaque fois de plus en plus fort. La nouvelle aventure que dessine toute l'équipe de Flotescale promet d'être grandiose. Cap sur Paris en juin et juillet prochains.
Un voyage, ponctué d'animations et de difficultés à soulever, à bord d'un train de bois de 72 mètres de long, qui méritait bien une présentation fouillée.
Samedi, dans une salle polyvalente comble, devant un auditoire constitué d'élus, d'institutionnels et partenaires, de représentants associatifs ou de chefs d'entreprises, Gérard Durand, président de Flotescale, a dévoilé le périple dans ses moindres détails. Une opération pas si simple à monter. Naviguer sur les eaux de la Seine, sur les flots parisiens, à une vitesse de 6 ou 7 km\h, nécessite certaines autorisations, avec un trajet bien millimétré à emprunter. Et un plan de communication, en quatre volets (presse, un feuilleton en vingt vidéos, une campagne de communication sur internet et les réseaux sociaux, un guide touristique sur le canal du Nivernais) élaboré par les Agences départementales touristiques de la Nièvre et de l'Yonne (ADT) qui permettra de tout caler.
Une démarche intensive que Gérard Durand a entreprise depuis plusieurs semaines, à force de ténacité. Un de ses traits de caractère qui n'a pas manqué de faire sourire l'auditoire de la salle polyvalente ce samedi après-midi.
En préliminaire à ce périple, d'ici la fin du mois, lorsque la météo le permettra, on pourra voir le train de bois, cette fois de 36 m de long, s'attaquer au passage du Pertuis de Clamecy. Le 12 avril donnera lieu à un flottage à bûches perdues sur l'Anguison à Vauclaix. Le 6 juin marquera la fête nautique à Clamecy et un spectacle pour le départ du train de bois le lendemain.
Le 5 juillet : le train 
de bois traversera Paris
Du 7 au 27 juin, l'équipage de Flotescale conduira donc le train de bois jusqu'au port de Bercy. « Deux trains de bois de 36 m vont partir. À Auxerre, les deux parties seront rassemblées pour former un train de bois de 72 m de long, comme nos ancêtres », a précisé Gérard Durand. Le tout suivi par deux bateaux qui permettront de loger l'équipage et aussi d'assurer la sécurité et toutes les questions d'intendance.
Avant de rejoindre la capitale, le train de bois fera étape dans plusieurs villes où tout un programme d'animations se peaufine.
Du 27 juin au 4 juillet, le train de bois stationnera au port de Bercy, où un salon vantant le territoire du Pays des flotteurs sera organisé avec différents prestataires invités ( lire ci-dessous).
Dimanche 5 juillet sera une journée particulière : le train de bois va traverser Paris jusqu'au port de Boulogne-Legrand. Du jamais vu depuis 1877. Tout ou presque est donc en place sur cette belle et grande opération. L'aventure Flotescale ne s'arrête pas là. « C'est notre cinquième année. Et après le train de bois, qu'est-ce que nous allons faire ? Nous avons un projet. Vous ne vous débarrasserez pas de nous », a déjà annoncé Gérard Durand. On en saura plus en octobre.
Gwénola Champalaune

dimanche 1 février 2015

5 000 vues du blog sur le narrowboat Dream On !


5 000 vues !






Oui, ça y est ! cela n'a pas encore été diffusé aux informations, ni publié dans les journaux mais les statistiques du blog l'affichent déjà: les 188 pages du blog ont été lues plus de 5 000 fois !

Lorsque j'ai commencé la rédaction de ce blog, je ne pensais pas que le nombre de pages lues atteindrait ce niveau.

Maintenant, grâce aux informations fournies par le site qui héberge ce blog, voyons ces statistiques dans le détail:







Sans surprise, la répartition des lecteurs dans le monde montre que c'est en France que le blog est le plus lu. Viennent ensuite les USA, l'Australie, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, l'Italie et la Pologne. 

Comptant quelques amis dans ces pays, je vois à peu prés qui peut lire ces pages :)
Exception faite des USA dont le nombre de pages lues reste un grand mystère pour moi... 
Quant à la Russie, la Suisse et l'Ukraine, les quelques lecteurs ont sans doute trouvé les pages du blog grâce à des mots-clés sur les moteurs de recherches.





Là, le tableau ci-dessus, recensant les pages vues par système d'exploitation, m'a intrigué car je pensais que Windows occuperait une part beaucoup plus importante: 49% des pages ont été lues grâce à un ordinateur (ou d'une tablette, téléphone, etc.) équipé de Windows...
Face à lui, Macintosh n'occupe que 19%.

En regardant bien, il faudrait cependant ajouter la part des Ipad (14%), celle des Iphones (5%) et Ipod Touch (< 1%). Ce qui fait une part totale d'environ 39%, ce qui est beaucoup moins ridicule vis à vis de Windows...
Enfin, la part des lecteurs utilisant un système Linux reste faible: 3%.





En matière de navigateur, le tableau ci-dessus montre une avance de Firefox (35%) face à ses deux concurrents Chrome et Safari (23% chacun). Pas de surprise à ce niveau-là.




Dernier élément du tableau de bord nous permet de découvrir quels sont les articles qui ont été les plus lus. 
Bon, le système est un peu faussé bien évidement dans la mesure où certains articles sont en ligne depuis bien plus longtemps que d'autres et de fait, ils ont eu le temps d'être davantage consultés.

Néanmoins, nous pouvons constatés que c'est un article de septembre 2013 qui a été lu le plus: il s'agit de l'annonce de la mise en vente de notre narrowboat par ses anciens propriétaires, c'est elle qui m'avait permis de découvrir celui qui allait devenir notre bateau.
Sans aucun doute, le titre de l'article est pour beaucoup dans cette popularité car comprenant "narrowboat" et "à vendre", il a du attirer du monde par le biais de ces mots-clés sur les moteurs de recherche. 
Le deuxième article ayant été le plus lu est une simple photo, paysage de brume au printemps, suivi de près par deux articles sur la condensation et sur une astuce pour faire des volets pour les hublots du bord.

Voilà, je terminerai ce petit point de situation en abordant le sujet des commentaires: le blog en compte une quinzaine seulement sur les 188 articles publiés, ce n'est pas beaucoup... alors mesdames et messieurs les lecteurs, au travail ! :)