Libellés

Affiche (6) Alerte (3) Aménagement (25) Animaux (111) Annonce (35) Astuces (15) Bateaux (211) Blog (9) Bricolage (44) CPA (27) Démarches (14) Fêtes (4) Gourmandises (3) Histoire (145) Humour (5) invention (8) Journal (38) Météo (69) Navigation (42) Pêche (6) Personnage (1) Photos (148) Photos anciennes (130) Pourquoi (15) Recherches (3) Rencontre (20) Sortie (15) Sport (9) Traditions (39) Travaux (25) Vidéo (24) Vie à bord (167) Visite (18)

mercredi 26 avril 2017

Le Vladivostok, un petit narrowboat à vendre



Un petit narrowboat est à vendre sur le boncoin.fr : .


Il s'agit d'un bateau, vraisemblablement de 30 pieds (9 m) de long, construit en 1987 par les chantiers Springer Engineering de Market Harborough dans le Leicestershire. Une société bien connue outre-Manche pour avoir construit une multitude de narrowboats entre 1960 et 1990.
Ce bateau est équipé d'un moteur Bukh DV10, de 10 chevaux et il a été entièrement rénové.

Souhaitons bonne vente au capitaine :)






































lundi 24 avril 2017

Dévasage du port de l'Arsenal à Paris





Un an après le nettoyage du canal Saint Martin, c'est au tour du bassin de l'Arsenal de faire sa toilette.

Le ménage de printemps en somme :)

Cela fait l'objet d'un article dans le journal CnewsMatin :





dimanche 23 avril 2017

Le chat du bord prend le soleil...



Le fond de l'air reste frais mais le soleil brille.
Le chat du bord en a profité, il a trouvé une place sur le bord du quai pour paresser et tester la chaleur des rayons.







Comme il est joueur, il a profité d'un carton resté à l'arrière du bateau pour faire le clown.

 

lundi 17 avril 2017

Ils passent...




Ils passent, ils passent les bateliers et professionnels du fleuve...



L'IMPERIALE :









Le PUEBLO :
















PS : Veuillez noter que la date de publication des photos n'a pas de lien avec la date des prises de vue.


...

vendredi 14 avril 2017

Cygnes : parade nuptiale !



Cette fois, j'ai réussi à filmer l'événement en entier !

Ce soir en rentrant du travail, il y avait deux cygnes dans le port. Rien d'extraordinaire me direz-vous :)

Un peu tout de même dans la mesure où il ne s'agissait pas de Ben et de sa dame, le couple habituel du port. 
C'était un nouveau couple de cygnes, bien plus jeunes. Ils sont restés juste quelques minutes et se sont enfuis à l'arrivé du vieux mâle venu reprendre son territoire en main.

N'hésitez pas à regarder la vidéo sur Youtube, elle est de bien meilleure qualité que sur le blog :




samedi 8 avril 2017

Ils passent...



Ils passent, ils passent les bateliers et professionnels du fleuve...



Le NETTY :










L'ACHERON et son drapeau pirate :









Le CERRIOW :










PS : Veuillez noter que la date de publication des photos n'a pas de lien avec la date des prises de vue.


...

Un crouton de pain pour quelques ragondins !




Kottontige, la maman ragondin, est venue dans la matinée au pied du bateau pour venir chercher quelques morceaux de carottes ou des croutons de pain. Elle a amené avec elle les 05 petits qui lui restent sur les 08 que nous avions vus les semaines précédentes.




Récupérant un morceau de pain, elle est partie s'installer sur une épave à l'autre bout du port où nous avons pu la suivre grâce au puissant zoom de l'appareil photo. Ses petits auraient pu rester auprès du bateau à grignoter ce qu'il y avait à la surface mais ils ont préféré suivre leur mère, sans rien n'emporter. Du coup, une fois sur la berge opposée, ils tentent d'arracher un bout de pain au crouton que leur mère a conservé !




dimanche 2 avril 2017

Parade nuptiale chez les cygnes



Le printemps et les beaux jours qui arrivent, vont voir naitre les amours. Les cygnes du port n'échappent pas à la règle et ce matin, nous avons pu les observer. Brièvement, il est vrai tant ce moment est court.
Je n'ai d'ailleurs pas pu filmer le début de leurs ébats : le temps de prendre l'appareil photo et de l'allumer, c'était fini !

Observez bien sur la gauche de l'image : Martin, le marti-pêcheur qui habite aussi le port est sorti de sa cachette. Il s'est posé sur l'amarre pour observer la scène ! Quel voyeur ! Lui aussi !



samedi 1 avril 2017

Blériot sur la Seine ! ou des projets de transports rapides sur les fleuves ! Essais à Argentueil en 1912




Hydroplane Blériot sur la Seine
le 24/10/1912
"Essai par Louis Blériot de son véhicule de transport fluvial sur la Seine"
PNYDRE n°3
Agence de presse Rol
Bibliothèque nationale de France


Tout le monde connait Louis Blériot comme un pionnier de l'aviation française et pour sa traversée de la Manche en 1909... 
Les plus érudits savent qu'il a construit beaucoup de choses : des avions bien sûr mais aussi des motos, des chars à voiles, des lanternes pour les automobiles...

Mais j'ai trouvé très très peu d'informations sur les hydroplanes et bateaux glisseurs qu'il a construit. Il y a beaucoup de ses biographies qui n'évoquent même pas ces appareils. 
Pourtant, il y a eu au moins quatre modèles baptisés PNYDRE et déclinés du n° 1 au n° 4. 
Ces prototypes étaient destinés à développer les transports rapides de voyageurs sur les fleuves mais l'Histoire n'a pas retenu ce volet de ses activités. Il a fallu que je trouve des photos de l'hydroplane Pnydre n°3 pour me poser des questions à ce sujet et tenter de glaner quelques informations :










Louis Blériot avec comme passagers un mécanicien et M. Gonzalon-Mejia, commanditaire :





Dans Le Figaro, édition n°299 du 25/10/1912 et dans Le Journal n° 7334 du même jour, les essais de ce bateau glisseur sont relatés :

Il est ainsi précisé dans ces articles, dont vous retrouverez une copie à la fin de cette page, que les essais ont eu lieu le 24/10/1912 à 9h entre le pont de Bezons et le pont d'Argenteuil. Cet appareil a été imaginé et commandé par M. Gonzalon-Mejia pour la navigation fluviale en Colombie !
Il est constitué de 3 flotteurs et propulsé par une hélice aérienne et un moteur Gnome de 50 HP. Comme le précisait la légende d'une photo ci-dessus, l'appareil était piloté par Louis Blériot et il avait comme passager un mécanicien et le commanditaire de l'engin.
Il a réalisé en remontant la Seine une vitesse d'environ 70 km/h, parcourant 2 100 mètres en 1 minute et 51 secondes.

Sur les brevets déposés par Louis Blériot en 1913 et consultables ici, on retrouve les plans des flotteurs qu'il avait développés lors de ces essais :




















D'autres expériences devaient avoir lieu le 25 octobre 1912 et elles devaient permettre de développer cet appareil pour les transports rapides sur les fleuves et en particulier dans les colonies.
Hélas, à priori, une avarie au niveau du radiateur devait mettre un terme à ces essais.

Ils furent repris plus tard puisque le journal l'Humanité publiait dans son édition du 22/09/1913 un article évoquant de nouveaux essais du bateau-glisseur de Louis Blériot. Ce nouvel appareil, le Pnydre n°4 au vu de la photo publiée, était entièrement rectangulaire, long de 9m et large de 2,10m. L'hélice, une Chauvière, est placée à l'arrière du bateau et elle est entrainée par un moteur Laviator de 8 cylindres fixes, de 120 chevaux tournant à 1200 tours.

Nous sommes alors à la fin de l'année 1913 et je suppose que le déclenchement de la première guerre mondiale aura raison de ce projet de transports rapides sur les fleuves. En effet, tous les efforts de Louis Blériot, au travers de sa société aéronautique, porteront sur la construction et l'amélioration des avions qui équiperont l'armée française pendant le conflit. Il en fera ainsi construire plus de 10 000 exemplaires mais nous n'entendrons plus parler de ses hydroglisseurs...



Photo du 16/09/1913, par l'agence Rol, le Pnydre 4 "glisseur Blériot lors de sa présentation à Argenteuil" :

Admirez le moteur en V et ses multiples soupapes :)














Les recherches effectuées pour tenter de savoir où ont été prises ces photos ont été difficiles. Les agrandissements des prises de vue montrent que ces dernières ont été effectuées devant des hangars des établissements Claparéde. Il s'agit de chantiers de constructions de bateaux à Argenteuil dans le Val d'Oise, anciennement Seine et Oise :






J'ai pu retrouver ces établissements sur des cartes postales anciennes :


Si l'on observe bien une des photos des chantiers, on voit bien sur la gauche un pont ferroviaire qui enjambe la Seine :




A l'heure actuelle, Il n'y a qu'un seul pont ferroviaire qui traverse la Seine à Argenteuil et comme la gare est vraiment très proche, je me dis que même si le pont a changé, il n'a pas du être déplacé de beaucoup et la flèche rouge désigne l'endroit où devaient se situer les chantiers. Maintenant, il n'y a plus que la voie rapide, la D311. Les bâtiments ont été repoussés un peu plus loin de la Seine et si l'on voit encore quelques bateaux, les grosses installations navales sont sur l'autre rive de la Seine, à Gennevilliers.








Le premier cliché présenté en entête de cet article n'a pas pu être localisé avec précision :



A priori, pris à Bezons, il pourrait s'agir des usines Bertin. 
Il y avait en effet à l'époque, sur les bords de la Seine, un grand chantier naval comptant 2 à 300 ouvriers mais je n'ai pas pu trouver des photos ou des cartes postales anciennes qui montreraient cette façade si particulière avec le logo de l'usine :



Hélas, les rares photos que j'ai pu trouver de ce chantier ne correspondent pas vraiment... Il faut dire que l'angle de vue n'est pas le même mais toute de même, je n'y vois pas la grande cheminée...




Si d'aventures un lecteur a une idée, c'est avec plaisir que je mettrai à jour cet article :)


-------------------------------------------

Archives :

Journal Le Figaro, édition n°299 du 25/10/1912 :


Le Journal, édition n°7334 du 25/10/1912 :







Journal l'Humanité, édition n° 3445 du 22/09/1913 :